PÈRE “2.0”

Pour John Duchant, nul ne saurait être sur le bord du chemin s’il choisit Dieu. Le vrai. Quel que soit le métier exercé, si Dieu est mis au centre, les résultats seront toujours bons. La fainéantise et le désespoir sont donc des attitudes qu’il ignore dans son quotidien. Travailler à la sueur de son front, en mettant en pratique la parabole des talents, lui permet aujourd’hui de s’occuper de sa famille. Sa compagne (son coeur est pris chères groupies) et leurs trois enfants (Lourde Mélodie Duchant, 10 ans ; Loane Duchant, 6ans et Johnycia Duchant, 3 ans) sont à l’abri du besoin. Ainé d’une fratrie de six, il n’oublie pas non plus ses responsabilités à l’égard de ses frères. «Il est très important de prendre aussi du temps pour ce qu'on a de plus cher, parce qu'ils nous acceptent sans conditions aucunes ; et cette petite attention est comme un rêve réalisé pour eux», soutient-il.

Son métier est prenant, stressant. Mais il sait s’offrir ces petits instants qui renforcent les liens avec les siens. La compagnie de ce «bout d’homme» espiègle de teint ébène et bon maître d’intérieur est sympathique. Il a de la bonne humeur à revendre. Mais bien vouloir ne pas essayer de le sortir de ses convictions religieuses. Tolérant, certes, il l’est, mais il est intransigeant envers les apostats. «J’aimerais amener tout le monde à croire en Dieu. Tout tourne autour de ça. Si vraiment nous appliquons les paroles de Dieu, on ne se retrouverait pas en guerre. Dieu est amour et demande d’aimer son prochain comme soi-même. J’aimerais que nous soyons tous des Hommes de paix», assure qui écoute Dynastie le Tigre, Maitre Gims, Ottou Marcelin, Grace Decca… Son meilleur verset biblique serait, selon ses confidences d’ailleurs, «Aime ton prochain comme toi-même». Citoyen de son temps, John veut porter sa pierre à la construction d’une société en paix. «J’ai créé un concept «Paix et Unité dans la Foi en Dieu» : parce que j’ai constaté, à force de fréquenter beaucoup les églises, que les églises et les dirigeants passent le temps à se combattre. Il faut qu’on comprenne que nous avons tous le même Dieu.

Il est hors de question, qu’au lieu de s’unir pour annoncer ce message, on passe le temps à bagarrer. J’organise donc une tournée nationale qui débutera en ce mois d’octobre. Cette tournée s’inscrit dans le but d’annoncer des messages de paix», soutient l’amateur de «ndomba» de poisson d’eau douce accompagné de plantain pilé [ntouba Ekon, en bulu, Ndlr]. Son avenir, il la voit en rose, si Dieu reste le Guide. Pour l’instant, il se consacre à transmettre sa passion aux générations futures à travers la structure «Les Duchant» qu’il a mise sur pieds. «C’est une structure culturelle au sein de laquelle, je recrute des jeunes filles et des garçons pour leur apprendre à chanter. Il y a un professionnel de danse pour leur inculquer les notions de danse. Ils apprennent à être des stars de demain. La culture ne doit pas mourir. Il faut que je pense à l’après moi», conclut-il. Gardant en esprit que Dieu fera toujours des merveilles…


Autres articles que vous aimerez lire...

  • par Jonathan MBIAOH / Portrait
    Oct 26

    The Power of Determination

    He contributed in helping his club Young Boys lift the league title last season for the first time in 32years. Nicolas Moumi Ngamaleu, native of Haut Nkam Division, West Region never stoped working...

  • par GAËL DE SOUZA / Dossier
    Oct 23

    Un père: une utilité, une nécessité

    Et si je garde en moi toutes les blessures du passé/ C’est pour me rappeler tout ce que tu as fait pour moi, / Dans mon jardin secret, les mauvaises fleurs ont toute fanées,/ Le...

  • par ERIC NDIEN / Interview
    Oct 23

    Vous pouvez vérifier mon innocence

    Il est rentré des Jeux du Commonwealth à Gold Coast, Australie 2018 avec le sourire aux lèvres et aussi des larmes aux yeux. Alain Didier Ngatcha, 48 ans, est devenu le tout pr...


Commentaires

Laisser un commentaire

Besoin d'aide ? Contactez-nous
Abonnez-vous