Présidente de l’association Hope for East Cameroon

Avocate au barreau de Paris, Docteur en droit, ou encore présidente de l’association Hope for East Cameroon, Evelyne Patience Memphil Ndi est une amazone au grand coeur.

Elle est ce que d’aucuns appellent, une femme de la nouvelle ère. Au premier contact, c’est une dame ouverte qu’on a découverte. Souriante, prête à partager avec nous avec sa vie, ses passions… 32 ans aujourd’hui, cette native de Mbalmayo a déposé ses valises en France depuis 11 ans. 11 années, qui ont fait d’elle une avocate au barreau de Paris. 11 années, qui n’ont pas effacé son coté très traditionnaliste : « Je reste attachée aux repas traditionnels camerounais : "Ndolè", "Eru", les plats traditionnels de l’Est : le "Coco", le "Mbol" ». Fervente catholique, cette fille de l’Est et du Centre à la fois, n’a pas encore d’enfants biologiques, mais déjà, elle est maman de plusieurs… orphelins. Des orphelins qu’elle soutient depuis 5 ans à travers une association dénommée Hope for East Cameroon.

Une association reconnue d’utilité publique : « Avec une soeur, on a essayé de ré - fléchir sur comment est-ce qu’on pouvait aider les jeunes de chez nous. Suite à des voyages là-bas, on avait vu des écoles délabrées, des enfants qui en âge et en période scolaire, étaient en train de divaguer. On s’est dit on va mettre en place une structure pour les accompagner par les frais de scolarité, une contribution financière, surtout la création d’établissements scolaire dans des zones reculées ». Révèle-t-elle. Aujourd’hui Passy comme l’appellent affectueusement ses proches, peut être fière de ses efforts, et ceux de son équipe avec à peu près 55 enfants pris en charge : « A ce jour, on a, à peu près 55 enfants pris en charge via le programme de parrainage, qui consiste à ce que les donateurs prennent en charge la scolarité de ces enfants jusqu’à ce qu’ils obtiennent le baccalauréat ». confirme-t-elle.

Passionnée de voyage et de lecture, la fille de Jean Ndi Nguele nourrit l’espoir d’offrir un meilleur avenir à ces enfants démunis : « J’aimerai nous voir d’ici 5 à 10 ans construire l’un des plus grands établissements caritatifs de l’Est, où on pourra recueillir tous les enfants démunis qui viennent un peu de partout. Créer une coopération à l’étranger afin que ces enfants puissent aussi aller se former et revenir servir leur pays ». « Only sky is my limit » (que le ciel soit ma seule limite).

Une citation parmi tant d’autres qui forge en elle ce désir d’aller encore plus loin : « tout est possible si on a de la volonté. Il faut rêver grand sans se compromettre. Vivre chaque instant de sa vie de jeune en pensant à l’objectif qu’on veut atteindre. Aller à l’école pour vous garantir un avenir certain ». Conseille-t-elle. Un avenir certain aussi auprès de monsieur X, son amoureux (ndlr).

«…Il faut rêver grand sans se compromettre. vivre chaque instant de sa vie de jeune en pensant à l’objectif que l’on veut atteindre. aller à l’école pour vous garantir un avenir certain ».


Autres articles que vous aimerez lire...

  • par Myriam DJEKI / True story
    Oct 03

    Un enfant trop longtemps attendu…

    Sa vie ne se résume qu’à sauver des vies. Pour lui, il était déjà prédestiné à cette mission salvifique. Chirurgien viscé...

  • par Myriam DJEKI / True story
    Oct 03

    UNE NAISSANCE TRÈS ATTENDUE…

    Un enfant très désiré… mieux, un mystère dans le ventre de sa mère. Son arrivée a surpris plus d’un. L’entour...

  • par Myriam DJEKI / True story
    Oct 03

    MA CAMPAGNE D’ABORD

    Très vite, il commence à réaliser son rêve. Jeune étudiant en médecine à l’université de Yaoundé I, il démarre avec le gro...


Commentaires

Laisser un commentaire

Besoin d'aide ? Contactez-nous
Abonnez-vous