Un concentré de bonheur

Sur, certain : le monde n'est pas parfait. Avec le jardin d'Eden, son très, très lointain et idyllique "pré-décesseur", à vrai dire, à bien des égards, il n'a pas grand-chose en commun. Débarassé de son lot de crises diverses (catastrophes "naturelles", terrorisme,conflits larvés ou ouverts, creusement des inégalités, etc...), sans doute, se porterait-il mieux. Et, probablement n'est-ce pas demain la veille, ni l'avant-veille. Cependant, est-ce une raison suffisante pour désespérer? Désespérer de ce que les astronautes, des conflits du cosmos, ont baptisé "la planète bleu"? Désespérer de la planète bleue, et de ses habitants. Les "adeptes du verre-à-moitié-vide" (ou carrément entièrement vide, vidé), ne sont pas loin de le penser. Aussi, des pessimistes de services, vous diront, tout net : en ce double début de siècle et de millénaire, on n'invente plus grand-chose, sous ce bon soleil (qui en a temps vu)!

Autres articles que vous aimerez lire...

  • par / Cover story
    May 18

    La fratrie

    La relation fusionnelle entre les quatre est bien résumée par ces mots de Dora Decca : «Pour mon premier album, j’ai beaucoup travaillé avec Isaac. Il corrige souvent ...
  • par / Cover story
    May 18

    Isaac, la continuité

    Ne vous y trompez pas ! Ce n’est pas le plus jeune du quatuor de chanteurs Decca. Dora, c’est sa cadette. Lui, à la mesure de son tempérament calme, c’est quel - qu&rsq...
  • par Brice MBEZE / Cover story
    May 18

    Une autre Decca ?

    Jamais deux sans trois !» Dicton parfait pour les Dec ca, quand Dora fait son apparition sur la scène musicale en 2002 avec son premier album Aphrodite. Pour tant, ce n’est pas vrai...

Commentaires

Laisser un commentaire

Besoin d'aide ? Contactez-nous
Abonnez-vous