Ouaga vous dit au revoir…

La plus grande biennale du cinéma africain ferme ses portes ce samedi, après une semaine pleine de rythme.

Il n’y a pas qu’en football que les bookmakers s’agitent à l’approche des grandes échéances. Au Festival panafricain du cinéma et de la télévision de Ouagadougou (FESPACO) qui rentre en gare demain, 4 mars, les paris sont serrés. Si en 2015, « Timbuktu » du Mauritanien Abderrahmane Sissako était le favori suprême de l’Etalon d’Or de Yennenga (même si au final, c’est « Fièvres » du Marocain Hicham Ayouch qui à la surprise générale l’emporte), cette année, l’incertitude est reine dans la capitale du 7e art africain. Parmi les 20 films en sélection officielle, il est difficile, presque imprudent, de se montrer tranchant. De quoi compliquer un peu plus la tâche de Nour-Eddine Saïl (Maroc), président du jury longs-métrages et des six autres jurés.
Si personne ne souhaite s’avancer sur le futur vainqueur de l’Etalon d’Or, quelques titres reviennent tout de même à l’esprit. C’est par exemple le cas du film « Le puits » de l’Algérien Lotfi Bouchouchi, acclamé pendant plusieurs minutes au terme de sa projection le 1er mars dernier au Ciné Burkina. « Félicité » du Sénégalais Alain Gomis, déjà vainqueur du trophée doré en 2013 avec « Tey », est récurrent dans les conversations, sans oublier « Fre » de l’Ethiopien Kinfe Banbu, « Wulu » du Malien Daouda Coulibaly, « Le gang des Antillais » du Guadeloupéen Jean Claude Barny, ou encore « La forêt du Niolo » du Burkinabè Adama Roamba. Vous l’aurez compris, on a du mal, beaucoup de mal à se décider.
Dans la section des courts-métrages, « A place for myself » de la Rwandaise Marie Clémentine Dusabejambo, qui plonge en 21 minutes les cinéphiles dans le quotidien poignant d’une petite albinos, « Coma » de l’Egyptien Ghada Ali et « Antananarivo Tiako Ianao », du Malgache Haminiaina, se bousculent en tête des pronostics. Le Cameroun rentrera avec plusieurs batailles de remportées. « Life.Point » de Achille Brice et « Ashia » de Françoise Ellong (court-métrage) resteront comme de grosses sensations de ce 25e FESPACO, d’abord pour la jeunesse de ces réalisateurs, et ensuite pour l’alignement en sélection officielle de films camerounais après des années de désert. Le FESPACO 2017, ouvert le 25 février dernier avec le thème : « Formation et métiers du cinéma et de l’audiovisuel », attend son roi, mais peut déjà se satisfaire d’une participation massive estimée à près de 200.000 festivaliers et 1000 journalistes, de salles combles à chaque projection et d’un Marché international du cinéma et de la télévision africains (MICA) très fréquenté par les cinéastes.


Autres articles que vous aimerez lire...

  • par / Cover story
    May 18

    La fratrie

    La relation fusionnelle entre les quatre est bien résumée par ces mots de Dora Decca : «Pour mon premier album, j’ai beaucoup travaillé avec Isaac. Il corrige souvent ...
  • par / Cover story
    May 18

    Isaac, la continuité

    Ne vous y trompez pas ! Ce n’est pas le plus jeune du quatuor de chanteurs Decca. Dora, c’est sa cadette. Lui, à la mesure de son tempérament calme, c’est quel - qu&rsq...
  • par Brice MBEZE / Cover story
    May 18

    Une autre Decca ?

    Jamais deux sans trois !» Dicton parfait pour les Dec ca, quand Dora fait son apparition sur la scène musicale en 2002 avec son premier album Aphrodite. Pour tant, ce n’est pas vrai...

Commentaires

Laisser un commentaire

Besoin d'aide ? Contactez-nous
Abonnez-vous