Alain Gomis encore en or

La cérémonie très courue était organisée au palais des Sports situé au lieu-dit Ouaga 2000. Alain Gomis devient le deuxième réalisateur de l’histoire du FESPACO à signer l’exploit du doublé, après le Malien Souleymane Cissé, vainqueur en 1979 et 1983. Il faut dire que les cinéphiles de la capitale burkinabè ont misé sur le bon cheval, ou plutôt sur le bon étalon. Devant le Ciné Burkina ou l’Institut français de Ouagadougou, les deux salles qui ont accueilli les projections de « Félicité », les files d’attente se font interminables. Tous veulent rentrer dans l’intimité de cette femme sombre, qui croule sous le poids d’une souffrance qu’elle peine à voiler. Et pourtant, elle se relève encore plus forte, après chaque coup assené par la vie. Le film, en lingala dans le texte, est un portrait sensible d’une mère incarnée avec à la fois tendresse et détresse par l’actrice Véro Tshanda Béya, élevant seule un ado rebelle et handicapé. La nuit, elle se transforme en diva insoumise et revêche d’un cabaret mal famé de Kinshasa en République démocratique du Congo, que rien ni personne n’empêche de chanter. La musique pour s’évader un bref instant. La musique pour survivre. Cette femme coriace en apparence et en réalité au coeur si fondant a ému le public de Ouagadougou, mais surtout le jury des longs-métrages présidé par le réalisateur marocain Nour-Eddine Saïl. « Nous avons été touchés par au moins trois choses : la puissance du scénario, la qualité technique et la réalisation », a-t-il reconnu.

Coïncidence ou pas, la femme envoûte les grandes lignes des scénarii des 20 films de la catégorie longs-métrages du FESPACO 2017. Il y a « Félicité » en tête d’affiche bien sûr, et que dire des déterminées dames du film algérien « Le puits », de la sulfureuse « Lilia » du Tunisien Mohamed Zran, de Jocelyne Beroard des Kassav’ en marraine protectrice dans « Le gang des Antillais », de Aïcha (portée par la Sénégalaise Rokhaya Niang) en écologiste convaincue dans « La forêt du Niolo », ou des trois aventurières de « Frontières » ? Et la liste est longue. Le 25e FESPACO se termine avec des étoiles plein les yeux pour Alain Gomis. A seulement 44 ans et deux Etalons d’Or dans l’escarcelle, il s’inscrit dans la lignée des pontes du 7e art africain.

Loading...

Autres articles que vous aimerez lire...

  • par Brice MBEZE / Dossier
    Mar 21

    test titre dossier

    La nouvelle est passée presque en toute discrétion. Blick Bassy est le Grand Prix Littéraire d’Afrique noire 2016. « Oui, c’est vrai, j’ai bien re&ccedi...

  • par DIDDI AISSATOU / Focus
    Mar 13

    Les Camerounais sont bien là

    En sélection officielle comme non officielle, longs métrages, courts métrages et documentaires en vert, rouge et jaune veulent briller.

    Il ne veut pas jouer les outsi...

  • par Roger Owona / Cover story
    Mar 13

    l’école à l’épreuve

     La consommation des stupéfiants a pris de l’ampleur en milieu scolaire, touchant même les &eac...


Commentaires

Laisser un commentaire

Besoin d'aide ? Contactez-nous
Abonnez-vous