Personnels non-fonctionnaires des hôpitaux publics: du baume au cœur

Les bénéficiaires du décret du président de la République signé lundi le 6 mars 2017 apprécient la mesure à sa juste valeur.

«Enfin, justice a été faite. Nous avons longtemps attendu ces primes et nous ne pouvons qu’être fiers et dire merci au président de la République, même si on en redemande ». Dixit Emma Yvette Youkeu, ingénieur médico sanitaire à l’hôpital Jamot de Yaoundé. Comme elle, d’autres collègues sont aux anges. « C’est mon frère qui m’a annoncé la nouvelle ce matin (Hier :Ndlr). J’attends de voir l’effectivité dans mon salaire. C’était vraiment la longue attente », poursuit une infirmière. Dans cet établissement hospitalier, le directeur, le Dr Mendimi Nkodo, tout comme les personnels médicaux et paramédicaux fonctionnaires ou  relevant du Code du travail, vaquent à leurs occupations avec enthousiasme. Dans les différents services tout comme dans le laboratoire ou à l’accueil, les commentaires vont bon train au sujet de ces  primes. « Cela nous galvanise et nous appelle à plus d’ardeur au travail. Quand on récompense le travail bien fait, cela nous encourage », ajoute Florence Olive Bemono, infirmière à l’hôpital de district d’Olembé. « Je viens de l’apprendre et je n’ai pas encore pris connaissance des avantages qui sont les miens, mais je dois avouer que c’est déjà un pas parce que cela faisait partie de nos multiples revendications. On ne peut que saluer cette décision », poursuit Dr Manon Guillaume Ebene, cardiologue.
L’article 1 de ce décret stipule que la rémunération des personnels médicaux et paramédicaux de l’Etat relevant du Code de travail comporte les éléments complémentaires sur les primes de technicité, de santé publique et d’astreinte. L’article 2 quant à lui indique que ces différentes primes nouvellement accordées sont cumulables avec toutes les autres primes ou indemnités qui leur sont dues. A l’alinéa 2 du même article, la prime d’astreinte n’est allouée qu’aux personnels effectivement en fonction dans les services de la santé publique. L’article 3, quant à lui, définit les droits des personnels médicaux et paramédicaux en fonction dans les services de la santé publique relative aux primes de technicité, de santé et d’astreinte en qualité d’agents contractuels de l’administration. Il s’agit des médecins, chirurgiens-dentistes, pharmaciens, infirmiers, techniciens du génie sanitaire, techniciens médico-sanitaires et techniciens biomédicaux.
La prime de technicité est fixée en fonction de la catégorie et de l’échelon du bénéficiaire. A titre d’exemple, les médecins de la 11e et 12e catégories, de l’échelon 1 à 4 toucheront une prime de 12 000 F. La prime de santé publique est fonction de la catégorie du bénéficiaire. Ainsi, ceux qui sont en 10e catégorie toucheront 21 000 F. La prime d’astreinte  quant à elle dépend du groupe du bénéficiaire, défini conformément à la réglementation fixant le régime des déplacements des agents publics civils et les modalités de prise en charge des frais y afférents. Elle varie du groupe I au groupe IV et se situe entre 6000 et 12 500 F.

Loading...

Autres articles que vous aimerez lire...

  • par Brice MBEZE / Dossier
    Mar 21

    test titre dossier

    La nouvelle est passée presque en toute discrétion. Blick Bassy est le Grand Prix Littéraire d’Afrique noire 2016. « Oui, c’est vrai, j’ai bien re&ccedi...

  • par DIDDI AISSATOU / Focus
    Mar 13

    Les Camerounais sont bien là

    En sélection officielle comme non officielle, longs métrages, courts métrages et documentaires en vert, rouge et jaune veulent briller.

    Il ne veut pas jouer les outsi...

  • par Roger Owona / Cover story
    Mar 13

    l’école à l’épreuve

     La consommation des stupéfiants a pris de l’ampleur en milieu scolaire, touchant même les &eac...


Commentaires

Laisser un commentaire

Besoin d'aide ? Contactez-nous
Abonnez-vous