Rentrée culturelle et artistique: ode au multiculturalisme

Le ministre des Arts et de la Culture (Minac) a procédé hier à Ebolowa, au lancement officiel de la rentrée culturelle et artistisque nationale (Recan).

Ebolowa aux sons et couleurs multiculturelles camerounaises. Le chef d’orchestre de cette symphonie n’est autre que le ministre des Arts et de la Culture. Narcisse Mouelle Kombi a ainsi su mettre en musique l’ensemble des acteurs socio-culturels qui se trouvent aujourd’hui à Ebolowa. Et la cérémonie d’ouverture de la deuxième édition de la Rentrée culturelle et artistique nationale, ce 1er février 2017, a donné à voir et à penser.
L’occasion était à la fête. Après Yaoundé en 2016, le chef-lieu de la région du Sud a accueilli, au cœur de la forêt équatoriale, les manifestations culturelles et artistiques. Un moment qui marque le lancement officiel de la saison culturelle sur l’ensemble du territoire national. À travers les rues de la ville, une longue procession, conduite par de nombreux groupes des quatre aires culturelles du Cameroun, a donné le ton. Le clou des cérémonies au Complexe multisports de Nko’ovos s’est déroulé en présence du gouverneur Félix Nguélé Nguélé, ainsi que tout le corps artistique national et de nombreux autres invités. Le Minac pense focaliser, du 1er au 4 février, les projecteurs et l’attention nationale sur les scènes et territoires régionaux. En d’autres termes, tout le public, les créateurs et leurs œuvres communiaient, dans un moment unique, l’affirmation de l’appartenance à un seul peuple, pour un destin commun.
Pour Narcisse Mouelle Kombi, l’option de rotation de cette manifestation vise à favoriser l’exposition et la valorisation de la culture partout au Cameroun. La grande diversité culturelle d’un patrimoine riche d’histoire et de symboles illustrée par les aires culturelles Fang-beti, grassfield, sawa et soudano-sahélienne, a été présentée à la face du monde. Ainsi, pendant quatre jours, les uns et les autres vont apporter leur génie et leur talent à l’œuvre de réalisation d’un programme qui intègre de nombreuses activités. Des expositions, dont l’une sur les figures emblématiques disparues de la région du Sud aux jeux traditionnels, en passant par des conférences et tables rondes ; le déploiement d’une bibliothèque mobile, des projections cinématographiques, des soirées patrimoniales, des représentations théâtrales, une exposition gastronomique et la dégustation de l’art culinaire. On ne saurait oublier les visites de musées, les exhibitions nautiques et une course de pirogue, un spectacle de chorale et de grands concerts de musique, avec des vedettes de renom… Une fête totale, en somme, pour un multiculturalisme qui milite en faveur de la paix, du développement et du vivre-ensemble pour un Cameroun fort.

Loading...

Autres articles que vous aimerez lire...

  • par Brice MBEZE / Dossier
    Mar 21

    test titre dossier

    La nouvelle est passée presque en toute discrétion. Blick Bassy est le Grand Prix Littéraire d’Afrique noire 2016. « Oui, c’est vrai, j’ai bien re&ccedi...

  • par DIDDI AISSATOU / Focus
    Mar 13

    Les Camerounais sont bien là

    En sélection officielle comme non officielle, longs métrages, courts métrages et documentaires en vert, rouge et jaune veulent briller.

    Il ne veut pas jouer les outsi...

  • par Roger Owona / Cover story
    Mar 13

    l’école à l’épreuve

     La consommation des stupéfiants a pris de l’ampleur en milieu scolaire, touchant même les &eac...


Commentaires

Laisser un commentaire

Besoin d'aide ? Contactez-nous
Abonnez-vous