«Me voici tout». Cette chanson tourne en boucle (ou presque) dans les coins chauds de la capitale. Sortie en décembre 2017, elle porte la griffe de John Duchant. Elle fait le buzz et c’est du gospel ! Dans un environnement musical conquis quasiment par la musique dite urbaine, menée par la bande à Salatiel, Mister Leo, Stanley Enow, Locko, Ténor, Da...
Son nom, Assingui, en langue Bulu, renvoie au regret. Mais l’artiste n’en éprouve aucun au sujet de sa carrière professionnelle. Dieu, en qui il croit fermement en la puissance et en l’existence, lui a accordé même une bonne place. Un statut enviable qui fait de lui aujourd’hui, un porteur de lumière, un &eacut...
Pour se frayer une place dans un domaine où les Gospel Singers avaient marqué les esprits, il fallait être très créatif. En personne avisée, qui écoute son intuition, Jean Paul Assingui, dans le civil, se trouve un nom d’artiste. «Pourquoi le nom d’artiste John Duchant ? C’est ma propre cré...
Pour John Duchant, nul ne saurait être sur le bord du chemin s’il choisit Dieu. Le vrai. Quel que soit le métier exercé, si Dieu est mis au centre, les résultats seront toujours bons. La fainéantise et le désespoir sont donc des attitudes qu’il ignore dans son quotidien. Travailler à la sueur de son front, ...
Quand on parle d’intégration nationale, il en est un bel exemple. Fils de Bandjoun de par son père, il en manie la langue, tout comme le Bulu ou l’Ewondo du Sud natal de sa mère. En Arabe, Français et Anglais, il s’exprime également bien. C’est à son poste de travail, dans une chaine de télévision que nous l...
Enfant, c’était : «un gamin têtu tout de même », lance-t-il en rigolant. Un entêtement qui lui a valu d’être inscrit en internat au Tchad voisin, au lycée de Mongo. Une initiative vouée à l’échec d’où son retour au Cameroun l’an suivant. Mordu d’art, il avait déjà cons...
Besoin d'aide ? Contactez-nous
Abonnez-vous